NOTRE VOIE EST LA VOIX DES "CREATIFS CULTURELS"

QU'EST CE QUE LES "CREATIFS CULTURELS" ?

Le terme "créatifs culturels" a été inventé par Paul H. RAY et Sherry Ruth ANDERSON dans les années 1980 pour qualifier leur grande découverte. Docteur en sociologie et en anthropologie (Université du Michigan et de Yale) & docteur en psychologie, RAY & ANDERSON ont mené une grande étude de 14 ans sur les valeurs sociétales aux Etat Unis, interviewant plusieurs milliers de personnes de tous les horizons et catégories sociales. Le résultat de ces travaux de recherche met en évidence un groupe social qui émerge "comme une nation au cœur de l'Amérique". Cette nation invisible et inconnue, peu consciente d'elle même, c'est le peuple créatif culturel, créateurs d'une nouvelle culture en occident. Ce sont des individus qui se vivent en décalage avec les deux autres catégories de la population qui gouvernent le monde : les modernistes (majoritaires) et les traditionalistes (en voie d'extinction). Les modernistes sont les tenants du "système" : ils ont foi en l'Economie, en la technologie et prônent un rapport utilitariste à la nature, au monde et dans les relations sociales. Les traditionnalistes prônent un retour aux valeurs du passé, notamment religieuses, faites de rigorisme et d'autoritarisme. Au milieu, les "créatifs culturels" ne se reconnaissent ni dans la modernité ni dns la tradition et sont donc en quête de sens dans leur vie pour chnager le monde. Ils sont à la recherche de la création d'une nouvelle culture qui permetrait de changer le monde selon leurs 5 valeurs cardinales : l'écologie, la spiritualité, les valeurs féminines, le multiculturalisme et la solidarité sociale. Les créatifs culturels regardent le monde moderne de manière très critique (écologie, social, politique, violence) mais ne se reconnaissent pas non plus dans les valeurs traditionnelles (religion, état, armée, patrie). Ils se croient seuls au monde avec ce regard sur la société et pensent devoir construire leur vie quotidienne selon leurs valeurs, en rupture et en marge de la civilisation dans laquelle ils ne se reconnaissent pas. Ce sont les descendants des hippies liés au mouvements des années 1968 à ceci près qu'ils se manifestent moins mais ne renoncent pas à leurs valeurs qu'ils veulent incarner dans la société en innovant et en trouvant de nouvelles solutions en cohérence avec eux même. La différence se manifeste également dans leurs aspirations spirituelles qu'ils construisent en rupture avec les religions traditionnelles et la mentalité moderniste qui nie toute forme de spiritualité. L'ensemble forme un tableau plutôt harmonieux d'initiatives individuelles et collectives qui convergent vers la construction d'une société plus humaniste, solidaire, démocratique et écologique. 


LA DECOUVERTE DE LA CATAGORIE SOCIOLOGIQUE DES CREATIFS CULTURELS EST UNE BONNE NOUVELLE POUR LE MONDE A VENIR 

En effet, les créatifs culturels se croient seuls au monde et pensent agir en minorité voir en marge de la société alors qu'ils représentent un mouvement structurel qui comprend 24% de la population totale et que leur nombre est en constante augmentation. C'est un peu comme si peu à peu la modernité perdait de l'influence du fait de ses errements écologiques et sociaux & qu'une prise de conscience était en train de se réaliser d'elle même au cœur de la société. Peu à peu, les individus confrontés aux duretés de la vie moderne (stress, non sens, injustice, etc...) se convertissent à la "créativité culturelle" sans le savoir. La bonne nouvelle est que cette mentalité crée les conditions de l'émergence d'une nouvelle donne dans la civilisation contemporaine (il est en effet reconnu que les minorités commencent à influencer la société dès qu'elles dépassent les 10% de la population). Les créatifs culturels jouent ainsi le rôle d'une forme de minorité consciente qui irrigue ses idées et ses pratiques dans l'ensemble de la population y compris chez des modernistes et des traditionnalistes. Cette minorité, d'après les études récentes, est en train de conquérir du terrain et de devenir peu à peu majoritaire. 


IL Y A CEPENDANT UNE MAUVAISE NOUVELLE

La mauvaise nouvelle, c'est que les créatifs culturels ne sont pas conscients d'eux même et ne savent pas qu'ils constituent une force majeure dans le monde. Très méfiants vis à vis de toutes les idéologies et propositions politiques venant du haut, ils construisent leur nouveau monde en partant de leur vie quotidienne, de la base sans se structurer en un mouvement politique et social qui seul serait à même de les représenter et de peser sur la société. Pour tout dire, le créatif culturels est rétif à toute proposition qui prétendrait l'incarner, ce qui est bien logique au vue des errements du passé où l'on a vue des idéologies plutôt généreuses telles que le communisme se transformer en des dictatures nuisibles dans les pays qui ont souhaité l'incarner. Cette réticence naturelle est aussi sans doute la force de ce mouvement de fond qui ne se laisse pas récupérer et qui se construit pas à pas de manière participative en quelque sortes. Mais cette attitude a aussi les défauts de ses qualités puisqu'elle empêche l'émergence d'une Force Humaine structurée qui serait à même de catalyser un changement de paradigme majoritaire de la société. Cette absence de représentativité est un piège dans lesquels tous les mouvements émergeants risquent de perdre leur âme faute d'une doctrine solide qui soutient les soubassements idéologiques des actions. C'est ce qu'on a pu vivre dans le mouvement dit des "gilets jaunes", mouvement aux fortes caractéristiques créatives culturels au regard de cette méfiance vis à vis de toute structuration sociale et politique. Le résultat est que le mouvement n'a pas su s'incarner de manière cohérente et a fini par sombrer dans la pire des récupérations politiciennes c'est à dire l'extrême droite et le populisme. Les créatifs culturels risquent ainsi de perdre leur âme dans une mauvaise incarnation. Ils ont raison de ne pas se laisser représenter car ils ne sont pas dans une vision naïve qui consisterait à distinguer les méchants modernistes ou traditionnalistes des gentils eux même car ils savent que dès lors qu'une identité se construit elle est attaquée par les pouvoirs en place et que la focalisation dans un combat binaire fait perdre leur âme à leur action. Or les enjeux de transformations sont trop importants pour les laisser atterrir dans de fausses voies d'incarnation. Les créatifs culturels attendent ainsi leur heure et le bon tempo pour pouvoir manifester leurs intentions révolutionnaires. Il est cependant certain que le jour où ils se reconnaitrons dans une Force Humaine capable de les incarner cette force sera soudain propulsée de manière exponentielle vers le pouvoir et la victoire. Les créatifs culturels sont ainsi l'espoir d'une transformation majeure qui doit s'incarner un moment donné et qui s'incarnera puisque c'est sans doute le sens de l'histoire. 


QUEL LIEN AVEC NOTRE PROPOSITION ? 

L'objectif de la 3ème voie est de construire une Force Humaine incarnée et structurée qui correspond parfaitement aux aspirations des créatifs culturels. C'est une tentative qui sera peut être avortée et qui sombrera peut être dans ses propres contradictions. comme toutes les tentatives qui ont vues le jour jusqu'à aujourd'hui. Ce sera la force des créatifs culturels d'abandonner cette tentative comme une vieille chaussette si elle ne satisfait pas entièrement aux exigences de la créativité culturelle. Afin de laisser la porte ouverte à l'espoir des créatifs culturels, la troisième voie ne se projette pas comme une voie d'incarnation de cette mentalité. Il s'agit donc d'une aventure qui structurera certainement une partie des créatifs culturels mais qui en laissera certainement aussi beaucoup de côté. L'objectif est d'avancer sur le chemin en apportant de nouvelles idées et de nouvelles pratiques qui trouveront leurs limites et dont il faudra aussi un moment se débarrasser car elles deviendront le nouveau traditionalisme en quelques sortes.   .  

Apportez votre pierre à l'édifice en répondant à notre enquête 

sui est le premier pas de notre démarche participative